Article vedette: Squash Canada présente sa nouvelle image de marque

Article vedette:Hommage á une légende du squash : Barney Lawrence

Article vedette: La poursuite de l’excellence : Façonner l’avenir de Squash Canada

Section Performance :Former les Canadiens pour dominer le terrain

Section Performance :Squash Canada sélectionne son équipe pour les Jeux panaméricains

Nouvelles de l’entraîneur:Squash Canada annonce la nomination de l’ancien entraîneurde l’équipe de Malaisie au poste de directeur de la performance de Squash Canada

Événements et Classements:Championnats canadiens et classements canadiens Harrow Top 10

Nouvelles du Développement des Joueurs:Squash en double avec balle dure: L’histoire et l’héritage du jeu

Nouvelles Concernant L’arbitrage :Qu’est-ce qui se profile à l’horizon pour l’arbitrage de Squash Canada

Nouvelles des provinces :Faire connaître le jeu d’un bout à l’autre du pays: le squash à l’Île-du-Prince-Édouard

The Reverse Angle: Démonstration du double avec balle dure… la perspective de la WSF (de Andrew Shelley)

SQUASH CANADA PRÉSENTE SA NOUVELLE IMAGE DE MARQUE

Danny Da Costa,
Directeur général de Squash Canada

Squash Canada complète son remaniement avec le dévoilement de son nouveau logo et son nouveau site Web.

Squash Canada a finalisé son remaniement avec le lancement de son nouveau site Web qui suit de près le dévoilement de sa nouvelle image de marque

Le logo a été dessiné par l’entreprise ACART Communications d’Ottawa, une agence de commercialisation à vocation sociale dont l’expérience inclut la valorisation de la marque d’un grand nombre d’associations, d’entreprises à but non lucratif et d’organisations non gouvernementales, ainsi que d’organismes de sports et de loisirs comme les Sénateurs d’Ottawa, les 67 d’Ottawa et le parc aquatique Calypso. « Nous avons choisi de travailler avec ACART en raison de sa vaste expérience auprès d’organismes à but non lucratif et de ses connaissances du marketing sportif et des projets de branding », mentionne M. Da Costa.

La nouvelle image inclut aussi le nouveau site Web de Squash Canada (www.squash.ca), qui devrait être lancé avant la prochaine saison de compétition. Le nouveau site offrira du contenu enrichi et des capacités de navigation et de recherche accrues, ainsi qu’une plus grande visibilité aux partenaires, aux athlètes, aux entraîneurs et aux officiels. Squash Canada prévoit également maximiser son utilisation des médias sociaux en ayant davantage recours aux plateformes médias telles que Facebook et Twitter.

Pour afficher l’article au complet cliquez

HOMMAGE À UNE LÉGENDE DU SQUASH: BARNEY LAWRENCE

Mike Costigan rend hommage à Barney Lawrence, un homme qui a tellement accompli pour le sport du squash… 
Par Mike Costigan

Barney Lawrence était un homme d'exception; personne ne peut dire le contraire. Imaginez-le se présenter devant saint Pierre, debout sur une estrade aux portes du paradis, revêtu de son attirail habituel : pantalons de squash carrelés verts à bandes jaunes, blazer bleu à armoiries, chemise blanche et cravate de squash. Il se tient là, derrière un micro, son casque à cornes sur la tête, une raquette de squash dans une main, un verre de whisky écossais dans l'autre, récitant un poème de son cru, demandant la permission d'entrer. Saint Pierre, impressionné, ne se contente pas de le laisser entrer, mais de faire de lui un « membre honoraire à vie »!

On se souviendra de Barney comme d'un homme qui a su toucher bien des personnes de bien de manières en se dévouant à des causes aussi nombreuses que diverses. Heureusement pour nous, le squash est une de celles qui lui tenaient le plus à cœur et il a passé une bonne partie de sa vie, et ce, jusqu'à son dernier jour, à y contribuer! Barney laisse derrière lui le souvenir d'une des personnes les plus singulières et généreuses qui soient ainsi que d'un des plus grands ambassadeurs du squash, sa plus grande passion. 

Il a contribué à la grandeur de ce sport en se faisant tantôt joueur, fondateur de clubs, entraîneur, bénévole, donateur et, pendant bien des années, conférencier.

Barney a frappé sa première balle en 1934 au Ottawa Squash Club. À son retour de la guerre, en 1946, alors qu'il étudiait à l'University of Toronto, son instinct de compétition l'a amené à s'inscrire dans l'équipe de squash des étudiants de premier cycle de la Hart House (l'Université n'avait, en ce temps-là, pas d'équipe officielle). Il y a joué en tant qu'étudiant de premier cycle de 1947 à 1948, puis de 1949 à 1950 en tant que finissant. En 1951, il s'est joint au Toronto Racquet Club (TRC) en tant qu'étudiant et y a joué jusqu'à la remise de son diplôme d'Osgoode Hall en mars 1951. Tout en demeurant membre du TRC, il s'est joint, en 1952, au Hamilton Squash Club, qui n'existe plus, mais qui offrait alors deux terrains au centre-ville. Barney en a été le dernier champion en simple. 

En 1953, il s'est joint au Hamilton Thistle Club. C'est là qu'il a rencontré Don Leggat. Ensemble, ils ont formé une équipe de cinq hommes en simple qui a remporté le Championnat de l’Ontario par équipe de 1953 à 1961. Plus tard, ils ont joué ensemble en double et, en 1956, se sont présentés au premier Buffalo Squash & Tennis Invitational.

Barney a été nommé Jester en 1959 et, en 2006, consacré Jester à vie. On attribue ce titre à une personne qui a contribué de manière exceptionnelle au squash. Il ne s'agit pas nécessairement d'en être un champion, mais surtout d'en être l'ambassadeur dans son pays. Barney et Peter Landry ont été les premiers et les seuls à porter ce titre au Canada au cours des 55 années d'existence des Canadian Jesters. Barney a joué en équipe à trois Jesters Touring : en Angleterre (1961), dans l'Ouest canadien (1964) et en Afrique du Sud (1967). Il a aussi représenté le Canada lors de l'événement annuel des Lapham Grant Matches, et ce, à 52 reprises en 58 ans en plus d'avoir été le capitaine de l'équipe du Canada en 1968 à Wilmington (Delaware) et en 1981 à Kitchener (Ontario), où il a également joué le rôle d'hôte. Les Lapham Grant Matches constituent l'un des plus prestigieux événements sportifs amateurs de squash et symbolisent l'esprit de compétition et l'esprit sportif qui en font la renommée.   

En 2001, les Lapham Grant Matches ont créé une nouvelle division pour faire honneur aux « légendes » du squash qui se sont démarquées par leur contribution. Les joueurs « légendaires » jouent alors pour remporter le trophée Lawrence-Wilkens, ainsi nommé en l'honneur de Barney Lawrence de Kitchener (Ontario) et de Howard Wilkens de Wichita (Kansas), qui incarnent le leadership et l'esprit sportif en plus d'avoir offert, de nombreuses années, leur participation et leur soutien.

Barney était un joueur accompli :

Championnats de clubs

1962-1965 Champion en simple KWRC
1967, 1968, 1973, 1974 Champion en double KWRC
2 fois champion en double TRC
9 fois champion en simple TRC
1962 à 1965 : champion en simple, Kitchener-Waterloo Racquet Club (KWRC)
1967, 1968, 1973 et 1974 : champion en double, KWRC
Deux fois champion en double : Toronto Racquet Club (TRC)
Neuf fois champion en simple : TRC

Championnats provinciaux et nationaux

1961, 1962, 1963, 1964 Champion en double de l’Ontario Open
1967 Champion en simple des vétérans canadiens
1970 et 1971 Champion en double des vétérans canadiens
1971 et 1973 Champion en double du Pacific Coast avec son partenaire Clive Caldwell
1978 Champion en double 50’s de l’Ontario
1988 et 1989 Champion en double 60’s de l’Ontario
1991, 1992, 1993, 1995 et 1996 Champion en double 65’s de l’Ontario
1998 – Champion en double 70’s de l’Ontario, canadien et des États-Unis
1999 – Champion en double 70’s canadien
1961, 1962, 1963 et 1964 : champion en double, Ontario Open
1967 : champion en simple, vétérans canadiens
1970 et 1971 : champion en double, vétérans canadiens
1971 et 1973 : champion en double (avec Clive Caldwell), Pacific Coast
1978 : champion en double, Ontario 50’s
1988 et 1989 : champion en double, Ontario 60’s
1991, 1992, 1993, 1995 et 1996 : champion en double, Ontario 65’s
1998 : champion en double 70’s, Ontario, canadien et États-Unis
1999 : champion en double 70’s canadien

Barney a fondé le Kitchener-Waterloo Racquet Club (KWRC) en 1962. L'idée lui est venue en 1956 après qu'il ait joué au premier Buffalo Invitational. Son intérêt pour ce club et ses armoiries ont été le point de départ de ce qui deviendrait plus tard le KWRC. Inspiré du plus vieux club de squash au Canada, le Toronto Racquet Club (TRC), l'idée du KWRC a pris naissance en 1961 lors d'un vol sur les ailes d'Air Canada en partance pour l'Angleterre, alors que Barney discutait avec son partenaire en double, Don Leggat. Don a conclu que si la fondation de ce club pouvait contribuer à la bonne forme de son partenaire, le projet en valait la peine. Barney s'est mérité le titre de champion en simple du club de 1962 à 1967 et celui de champion en double à quatre reprises. Il a également été président du club de sa fondation jusqu'en 1968, quand il a eu l'idée de construire le premier terrain en double de l'Ontario (en dehors de ceux du KWRC à Toronto). Aujourd'hui, le KWRC est toujours vivant et se porte bien; il vient d'être rénové et le nombre de ses membres ne cesse de croître. Il fêtera son 50e anniversaire en 2012.

Barney n'a pas contribué qu'à la mise sur pied de clubs à Kitchener. Il a été membre d'autres clubs, a fait des dons à des campagnes de financement, a pris la parole lors d'événements et a participé à des expositions. Il ne se faisait pas prier; il suffisait de demander. Il a fait parti des membres fondateurs du Richmond Hill Racquet Club et du London Squash Racquets Club. Il était membre à vie du Toronto Racquet Club, du Kitchener-Waterloo Racquet Club et de l'ancien Hamilton Squash Club. Il a par ailleurs été membre du Cambridge Squash Club et du Toronto Cricket Skating and Curling Club (TCS&C) de nombreuses années. Barney a aussi fait profiter le TCS&C de ses talents de joueur pour l'ouverture de ses premiers terrains de balle dure en simple et en double (avec Don Leggat) ainsi que pour l'ouverture du Stratford Racquet Club en 1979.

Son talent pour les mots et son aisance au micro faisaient de lui un homme très en demande pour les nombreux événements liés au squash en Amérique du Nord. Il a ainsi donné une conférence mémorable au cours de laquelle il a récité de la poésie au Arts Lecture Hall de l'University of Waterloo. Il lut, ce soir-là, en tant que solliciteur de fonds, des poèmes pendant une heure et demie pour l'équipe de l'Université.  

Il était aussi reconnu pour parler en public même lorsqu'on ne le lui demandait pas. Quand il gagnait un trophée et lors des tournois, des ouvertures de club et des anniversaires, il faisait toujours des discours superbes. Comme il le disait lui-même : « Don prenait le trophée et moi, je prenais le micro! »

Barney  a commencé à enseigner à l'University of Waterloo en tant que professeur auxiliaire en 1967. Sa passion pour le squash l'a mené sur les terrains de l'Université, qui ont occupé une place importante dans sa vie. Il y existait, depuis la fin des années 1960, une équipe non officielle, mais il fallut attendre en 1978 pour que cette équipe prenne vraiment forme sous la tutelle de Barney. De 1980 à 1990, il a agi à titre de conseiller résident et de conférencier spécial à temps plein pour l'Université. Pendant la même période, il a été deux fois président du comité des présidents responsable des campagnes de financement de l'Université. Son implication grandissante au sein de l'Université s'est révélée tout aussi importante pour le squash. Le temps qu'il a passé sur les terrains et le financement qu'il a su aller chercher ont mené à la création de bons programmes de squash en peu de temps. 

En 1982, ses efforts de financement ont permis au campus de l'Université d'ajouter à ses quatre terrains de type nord-américains ses deux premiers terrains en simple répondant aux normes internationales. Les douze années suivantes, les équipes de Barney ont participé aux championnats de squash de l'Ontario Universities Athletic Association (OUAA) et de la National Collegiate Athletic Association (NCAA), aux championnats provinciaux et nationaux, à la ligue de la Western Region et à plusieurs tournois à la Barbade. 

Barney transmettait sa passion pour la vie à ses joueurs en utilisant le squash pour forger leur caractère. Dans ses fonctions d'entraîneur, il encourageait l'engagement, l'amitié et la reconnaissance. Aujourd'hui, bon nombre de ses joueurs continuent de s'impliquer dans le squash, sont toujours amis et rendent au sport un peu de ce qu'il leur a apporté. Barney a été entraîneur à l'University of Waterloo jusqu'en 1995, à la suite de quoi son bon ami et homologue Jester, Clive Porter, a repris le flambeau.

Barney a donné bénévolement beaucoup de son temps. Il a été deux fois président de l'Ontario Squash Racquets Association et a présidé et accueilli les Championnats canadiens juniors de squash de 1984 en partenariat avec le Kitchener-Waterloo Racquet Club et l'University of Waterloo. Il a également remis, toujours à titre de bénévole, deux trophées aux championnats provinciaux : le trophée en double de l'Ontario Open, en 1965, avec son partenaire Don Leggat, et le trophée en double de l'Ontario 65's, avec son partenaire Gord Guyatt.

Chaque fois que quelqu'un demandait du soutien financier à Barney pour le squash, il pouvait être assuré de sa contribution. Barney avait toujours sur lui « un petit cent dollars » pour de telles occasions. Beaucoup des joueurs de l'University of Waterloo se rendaient au pub du campus après les entraînements avant d'aller prendre un bon repas au Faculty Club. Barney réglait la note pour tout le monde! Il a lui-même admis qu'il a probablement donné plus d'argent au squash, durant sa vie, qu'à son banquier.

La contribution de Barney au squash a été reconnue de son vivant. En 1984, il a été intronisé au Waterloo County Sports Hall of Fame. Puis au University of Waterloo Athletic Hall of Fame en 2001. Et finalement au Ontario Squash Hall of Fame en 2009. La consécration de cet honneur ultime va de soi pour un homme qui a donné tant de lui-même au squash. Nous ne verrons plus son nom s'afficher sur les tableaux, mais garderons toujours le souvenir de ce grand champion!

Affectueusement,
Mike Costigan

La poursuite de l’excellence : façonner l’avenir de Squash Canada

Le nouveau directeur général de Squash Canada nous parle de sa première année au travail et des défis à relever…

Depuis son arrivée au sein de Squash Canada à l’automne 2010, le nouveau directeur général a été occupé à remanier Squash Canada. 

Q.  Comment avez-vous trouvé votre première année?

A. Elle a été exigeante par moment, mais de façon générale, ce fut une très bonne année pour l’organisation. Nous avons accompli un grand nombre de tâches et sentons que nous avons porté l’organisation à un tout autre niveau. Nous avons travaillé fort à établir des relations positives avec nos associations de squash provinciales et territoriales et nos sociétés partenaires, en plus de sensibiliser le public à notre organisation. Remanier une organisation est un travail très exigeant, mais je me considère privilégié de travailler avec des gens extraordinaires et d’être bien appuyé par le conseil d’administration.

Q.  Comment avez-vous trouvé la transition du tennis au squash?

A.  La transition n’a pas été tellement difficile puisque le squash fait partie de ma vie depuis de nombreuses années. J’ai travaillé dans des clubs ayant des terrains et des programmes de squash, comme le Fitness Institute – Willowdale Club, Donalda Club et White Oaks. De plus, mes expériences d’administration en tant que coordonnateur du programme de développement des joueurs pour Tennis Canada, directeur technique et entraîneur pour les Jeux du Canada pour Tennis Saskatchewan et directeur général du Tennis Newfoundland & Labrador, m’ont aidé à me préparer pour ce poste. Ayant travaillé avec certains des meilleurs professionnels du sport et des affaires, je sens que j’apporte un ensemble unique de compétences à Squash Canada. Laisser tomber le tennis n’a pas été facile. C’est un sport avec lequel j’ai grandi et qui m’a beaucoup apporté durant toutes ces années, mais je ne regrette aucunement ma décision de partir. Beaucoup de personnes m’ont demandé pourquoi j’ai quitté le tennis. J’avoue qu’il est difficile de laisser tomber quelque chose qu’on aime, mais je ne voulais pas continuer d’enseigner au professionnel pour le reste de ma vie et j’ai senti que je pourrais avoir une plus grande influence dans le sport qu’est le squash. Aussi, j’aime le changement et relever de nouveaux défis; avec cet emploi, j’entre dans une nouvelle ère, tant sur le plan personnel que sur le plan professionnel.

Q.  De quoi êtes-vous le plus fier cette année?

A. Il y a eu beaucoup de choses positives cette année et c’est pourquoi il m’est difficile de m’arrêter à un événement précis, mais si je dois absolument faire un choix je dirais que je suis vraiment fier des embauches récentes du directeur de la performance de Squash Canada, Jamie Hickox et de la coordonnatrice du développement sportif de Squash Canada, Whitney Fuller. Pour permettre à l’organisation d’aller plus loin, il est essentiel d’avoir un très bon leadership et une équipe d’employés capable de nous porter à un autre niveau; nous nous sentons maintenant entre de très bonnes mains avec Jamie Hickox et Whitney Fuller.  Jamie Hickox a été un joueur professionnel mondialement reconnu, classé parmi les 12 meilleurs joueurs au monde et ce qu’il a réussi à faire avec l’équipe de squash de Malaisie est incroyable. Depuis les 10 dernières années, la Malaisie est parmi les 4 ou 5 meilleurs pays au monde au squash. Jamie apporte une expérience internationale, un grand professionnalisme et des aptitudes en relations humaines. Pour sa part, Whitney est diplômée de l’Université Brock où elle a été inscrite au palmarès du doyen. Elle a fait un travail formidable au sein de la Niagara Sports Commission et je suis convaincu qu’elle accomplira de grandes choses pour notre sport. Whitney s’est facilement intégrée au sein de Squash Canada en apportant de grandes idées et sa passion pour le sport.

Q.  Durant la dernière année, beaucoup de changements ont été apportés au sein de Squash Canada. Pourriez-vous donner au lecteur des exemples d’engagements pris par l’organisation?

A.  Le conseil d’administration et le personnel de Squash Canada ont travaillé très fort pour améliorer les relations avec les associations partenaires de squash provinciales et territoriales et avec notre organisme de financement Sport Canada. De plus, nous avons terminé le manuel du Développement à long terme du joueur – « Au-delà du nick » et élaboré un plan de mise en application du DLTJ; lancé notre nouveau système national de classement; complété deux études approfondies des compétitions et du programme de haute performance; réécrit tous les critères de sélection de l’équipe nationale et mis à jour la plupart des politiques de l’organisation; embauché deux nouveaux membres du personnel; établi une entente avec la National Squash Academy pour être le centre d’entraînement officiel de Squash Canada; obtenu de nouveaux rabais pour les membres avec Flight Centre, Budget Rent-a-car et Delta Hotels; signé une collaboration avec Harrow Sports pour qu’il soit le fournisseur officiel de vêtements de l’équipe nationale et commanditaire national de notre programme de classement; organisé la première visite au Canada de la World Squash Federation et procédé au rafraîchissement de l’image de marque  de Squash Canada avec la création d’un nouveau logo et d’un nouveau site Web.

Q.  Que réserve l’avenir à Squash Canada et que faut-il régler?

L’avenir du squash au Canada est prometteur. Nous avons de très bons joueurs dont nous sentons la capacité de percer dans le sport et de devenir des joueurs de classe mondiale. Tout en évoluant comme organisation, nous continuerons d’étudier les différentes possibilités qui s’offrent à nous pour assurer notre succès. En ce moment, nous devons concentrer nos efforts sur l’augmentation de la capacité financière de l’organisation. Nous lancerons d’ailleurs prochainement une nouvelle campagne de financement et tenterons aussi de trouver de nouvelles sociétés commanditaires et du soutien corporatif. Sans ce soutien, il est très difficile d’accomplir quoi que ce soit en tant qu’organisation. Sans le soutien corporatif, il devient encore plus difficile d’accomplir tout ce qui est nécessaire et Squash Canada pourrait même se retrouver à devoir se fixer moins de priorités. Nous devons aussi nous attaquer au côté performance de l’organisation; Squash Canada doit pouvoir développer des athlètes de classe mondiale susceptibles d’obtenir un podium lors de compétitions internationales. Je crois que dans les 4 ou 5 prochaines années, l’équipe nationale de squash sera beaucoup plus forte; mettre sur pied un programme gagnant prend du temps et un engagement de la part du personnel, de nos joueurs et bien sûr de leurs parents et des commanditaires.

FORMER LES CANADIENS POUR DOMINER LE TERRAIN

Pour en apprendre davantage sur la nouvelle structure de performance de Squash Canada et sur la façon dont les athlètes de Squash Canada bénéficieront de l’entraînement au nouveau Centre national d’excellence – la National Squash Academy

Danny Da Costa,
Directeur général de Squash Canada

Squash Canada a annoncé aujourd’hui qu’en vertu d’une entente, elle désignait la National Squash Academy (NSA) comme le Centre national d’excellence au Canada. Le centre est situé à Downsview au cœur de Toronto. Cette entente prévoit un centre d’entraînement centralisé pour les membres de l’équipe nationale canadienne qui pourront s’entraîner sous la direction de l’ex-entraîneur de l’équipe malaisienne et nouveau directeur de la performance de Squash Canada, Jamie Hickox. Le partenariat donne aux athlètes de Squash Canada accès à certains des meilleurs entraîneurs au monde, dont l’ex-champion du monde Jonathon Power et Gary Waite, également ex-champion du monde (12e en simple et 1er en double), ainsi que leur équipe d’entraîneurs dévoués. Jonathon Power a déclaré : « cette entente est la concrétisation de mon rêve et celui de tous les joueurs de squash canadiens. Grâce au partenariat avec Squash Canada et à la vision de la National Squash Academy, nous pouvons maintenant mettre en commun toutes les ressources nationales et maximiser ainsi les chances de nos athlètes de compétitionner sur la scène internationale.

Jamie Hickox, directeur de la performance à Squash Canada, dirigera chaque semaine les séances d’entraînement des athlètes de l’équipe nationale. Les entraîneurs de la National Squash Academy, Jonathon Power, Gary Waite et Jamie Nicholls, continueront également d’encadrer les athlètes. « Il s’agit d’un pas important vers l’avant pour nos athlètes. La NSA offre un centre spécialisé à nos athlètes de l’équipe nationale pour s’entraîner et exceller sur la scène internationale », soutient Jamie Hickox, directeur de la performance. La National Squash Academy a récemment été l’hôte des Championnats canadiens de squash de Harrow en 2011 et de la compétition de préqualification pour la sélection de l’équipe nationale canadienne des hommes.

Pour afficher l’article au complet cliquez 

SQUASH CANADA SÉLECTIONNE SON ÉQUIPE POUR LES JEUX PANAMÉRICAINS

Squash Canada combine expérience et jeunesse et vise l’or aux Jeux panaméricains du 15 au 20 octobre 2011

Danny Da Costa,
Directeur général de Squash Canada

Squash Canada a aujourd’hui proposé au Comité olympique canadien une équipe de six athlètes en vue des Jeux panaméricains de 2011 qui auront lieu à Guadalajara, au Mexique, du 15 au 20 octobre 2011. 

Cette année, l’équipe nominée, chez les hommes, est constituée du Torontois Shahier Razik qui a remporté l’or en 2003, du Montréalais Shawn Delierre, médaillé de bronze en 2007 à l’épreuve en simple, et d’Andrew Schnell de Calgary qui en est à sa première participation. Chez les femmes, on y dépêchera trois nouvelles membres : Miranda Ranieri, de Waterloo (Ontario), championne de l’Open canadien de squash 2011, Samantha Cornett d’Ottawa (Ontario) et Stephanie Edmison de Toronto (Ontario), respectivement deuxième et troisième au classement canadien. Les athlètes masculins auront pour entraîneur le Montréalais Yvon Provençal alors que les femmes travailleront de concert avec Shauna Flath de Vancouver (Colombie-Britannique). 

Pour afficher l’article au complet cliquez ici 

Événements

2011 Open Junior canadien                                             10-13 décembre 2011                    Niagara on the Lake, Ontario
2012Championnats canadiens masculins par équipes        6-8 janvier 2012                             London, Ontario
2012 Championnats canadiens féminins par équipes          6-8 janvier 2012                             Halifax, Nouvelle-Écosse
2012 Championnats canadiens des maîtres par équipes      13-15 janvier 2012                        Gatineau, Quebec
2012 Championnats canadiens juniors en double               13-15 janvier2012                        Toronto, Ontario

Classements

 

Classement masculin - Squash Canada Open (Top 10)           Classement féminin - Squash Canada Open (Top 10)
Au 19 août 2011                                                                         Au 19 août 2011

1.       Shahier Razik, Toronto, ON                                               1.  Miranda Ranieri, Waterloo, ON
2.       Shawn Delierre, Montréal, QC                                          2.  Sam Cornett, Toronto, ON
3.       Robin Clarke, Toronto, ON                                                 3.  Stephanie Edmison, Toronto, ON
4.       Andrew McDougall, Calgary, AB                                       4.  Carolyn Russell, Vancouver, BC
5.       Andrew Schnell, Calgary, AB                                             5.  Alex Norman, Montréal, QC
6.       Dane Sharp, Toronto, ON                                                   6.  Susie King, Calgary, AB
7.       David Phillips, Montréal, QC                                            7.  Melanie Jans-Burke, Vancouver, BC
8.       Graeme Schnell, Calgary, AB                                             8.  Marnie Baizley, Toronto, ON
9.       Fred Reid, Ajax, Ontario                                                     9.  Julie Hisey, Brooklin, ON
10.    Victor Berg, Vancouver, BC                                                9.  Seanna Keating, Toronto, ON

SQUASH CANADA ANNONCE LA NOMINATION DE L'ANCIEN ENTRAÎNEUR DE L'ÉQUIPE NATIONALE DE MALAISIE AU POSTE DE DIRECTEUR DE LA PERFORMANCE DE SQUASH CANADA

Squash Canada ramène Jamie Hickox au Canada pour diriger son programme de performance. 

Danny Da Costa,
Directeur général de Squash Canada

Squash Canada annoncé la nomination de l’ancien entraîneur de l’équipe nationale de Malaisie, Jamie Hickox comme nouveau directeur de la performance pour Squash Canada.

Au nombre de ses expériences comme entraîneur, Hickox a notamment guidé certains des meilleurs athlètes de l’équipe nationale de squash de Malaisie comme Nicol David, Mohd Azlan et Ong Beng Hee. La Malaisie est perçue comme une des nations dominantes dans la discipline du squash ayant produit la joueuse no1 au monde, Nicol David, Low Wee Wern, no15, Delia Arnold, no23, Siti Munirah Jusoh, no47 et les joueurs Mohd Azlan Iskandar, no10, Ong Beng Hee, no29 et Mohad Nafizwan Adnan, no45. Grâce au leadership de Hickox, la Malaisie a également terminé troisième lors des championnats du monde juniors par équipe (hommes) de 2006, troisième aux championnats du monde par équipe (femmes) de 2006, deuxième aux championnats du monde juniors par équipe (femmes) de 2007 et cinquième aux championnats du monde par équipe (hommes) de 2007. Hickox a également entraîné Ong Beng Hee pour les championnats du monde juniors et pour le British Open Junior en 1998.

Pour afficher l’article au complet, cliquez

Squash en double avec balle dure : histoire du jeu
Le double avec balle dure, très joué en Amérique du Nord, est un jeu rapide et excitant. Apprenez-en davantage dans le présent numéro…

Contexte

Le squash en double a été inventé à Philadelphie en 1907 et a été rendu officiel dans les années 1930. Il existe aujourd’hui quatre organisations majeures du jeu en double qui supervisent le sport en Amérique du Nord, y compris plus de 165 terrains et plus de 15 000 joueurs : Squash Canada, U.S. SQUASH, l’ISDA (International Squash Doubles Association) et la WDSA (Women’s Doubles Squash Association). Les quatre groupes organisent et supervisent la gestion de tous les aspects du jeu en double, que ce soit  junior ou adulte, débutant ou compétition de niveau élite et professionnel. De plus, ces quatre organisations collaborent dans l’évolution et la promotion du jeu.

Le squash en double se joue au Canada depuis le début des années 1930. Il existe présentement 36 terrains au pays (plus un en construction), situés dans cinq provinces qui comptent plus de 90 % de la population canadienne. Les championnats canadiens ont eu lieu pour la première fois en 1934, et depuis, ont lieu chaque année, à l’exception de 1938. Les championnats provinciaux se tiennent dans quatre de ces cinq provinces et plus de 1 100 joueurs de partout dans le pays sont inscrits dans des ligues de squash en double et jouent chaque semaine.

La structure

Au Canada, le squash est administré par Squash Canada, fondée en 1913 comme association canadienne de squash, en collaboration avec les 12 associations provinciales et territoriales de squash. Le comité du jeu en double de Squash Canada rend compte au conseil d’administration de Squash Canada et est constitué de trois sous-comités; le comité des compétitions endouble, le comité du développement des joueurs en double et le comité de l’arbitrage en double. L’ensemble des communautés de jeu en double au Canada et les organisations de double professionnel, l’ISDA et la WDSA, sont représentés par ces comités.

Les comités canadiens collaborent de près avec l’organisation de squash en double des États-Unis pour ce qui est de tous les aspects du jeu, particulièrement pour les événements internationaux, les tournois, les horaires, les règlements et l’arbitrage.

Compétitions nationales et internationales :

Championnats canadiens

Chaque année, Squash Canada organise les championnats canadiens de squash en double masculins, féminins et mixtes pour les divisions ouvertes et les catégories d’âge à intervalle de cinq ans de 40+ jusqu’à 80+. En 2010, plus de 300 joueurs ont participé à ces événements. À partir de 2012, nous tiendrons un championnat canadien en double junior.

Championnats mondiaux en double avec balle dure

Le Canada est l’hôte tous les quatre ans des championnats mondiaux en double avec balle dure; le plus récent ayant eu lieu à Toronto en mai 2011, avec des équipes provenant de 10 pays différents.

La coupe Can Am

Le Canada et les États-Unis concourent tous les deux ans pour la coupe Can-Am. La coupe est en fait une compétition de squash en double entre les États-Unis et le Canada en un format d’équipe à la coupe Coupe Ryder.

La première coupe a eu lieu à Boston (MA) en octobre 2008. L’événement rassemble les meilleurs joueurs de squash en double de partout en Amérique du Nord en un format d’équipe avec des catégories ouvertes et des catégories d’âge. En octobre 2010, à Toronto, plus de 50 joueurs de chacun des pays ont participé.

 

Qu’est-ce qui se profile à l’horizon pour l’arbitrage de Squash Canada

Comme les athlètes, les entraîneurs et les installations sportives, les arbitres font partie intégrante de tout sport. C'est pourquoi s’assurer que les arbitres sont formés adéquatement et sont certifiés est très important pour Squash Canada. Le Canada est reconnu pour avoir un des meilleurs programmes d’arbitrage dans le sport : c’est une réputation dont nous sommes fiers et que nous désirons conserver.

Dans les prochains numéros, la présente section offrira des renseignements pertinents afin de maintenir cette réputation et faire progresser votre développement en tant qu’arbitre de squash. Vous trouverez ici les dernières nouvelles concernant le programme d’arbitrage de Squash, y compris l’affichage des cliniques de certification, les normes du programme et les offres pour les arbitres. Nos articles traiteront des mises à jour de règlements et des innovations d’arbitrage et deviendront un lieu pour échanger sur les tendances qui vous intéressent le plus. Revenez tous les mois afin de rester à jour avec les nouveautés de l’arbitrage!

Faire connaître le jeu d’un bout à l’autre du pays : le squash à l’Île-du-Prince-Édouard

Dans le présent numéro, nous explorerons le squash à l’Île du Prince-Édouard…

Shara Coady
Squash IPE

À l’Île-du-Prince-Édouard, tout comme dans les autres provinces du Canada, les hommes, les femmes et les enfants de tous les âges jouent au squash. Mais avec seulement un peu plus de 100 joueurs actifs dans cette petite province, la communauté se compose d’un petit groupe d’accros du squash. La plupart des joueurs de l’Île se retrouvent dans les deux clubs de la capitale de la province, Charlottetown : le Spa Total Fitness Center et la University of PEI (UPEI). À l’ouest de l’Île, les joueurs se retrouvent sur les terrains du Mill River Resort. C’est d’ailleurs à cet endroit que jouent certains des compétiteurs les plus acharnés de l’Île comme le meilleur athlète masculin de l’Île-du-Prince-Édouard, Mike Buchanan. Quant à Mary Andrews, la meilleure joueuse de l’île, elle vit également à l’ouest de l’Île et joue à Summerside, la deuxième ville en importance à l’Île-du-Prince-Édouard.

Les tournois sont organisés presque exclusivement par Squash PEI. Notre association est composée d’un petit groupe de bénévoles travaillants et dévoués qui s’occupent de la coordination avec les clubs et de la gestion de tous les aspects d’un tournoi. La majorité des tournois ont lieu à Charlottetown; les plus importants comprennent le « UPEI Open » à l’automne et le « PEI Open » en mars. Ces deux tournois attirent des joueurs des provinces avoisinantes comme la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick et donnent lieu à une formidable compétition avec une touche de plaisir que seuls les insulaires savent nous infuser. Toutefois, le tournoi préféré des jeunes et des moins jeunes, pour la compétition ou simplement pour le plaisir, est le « Mill River Invitational ». Le tournoi se tient au Mill River Resort dans la partie ouest de l’Île et tous les participants ainsi que leur famille vont au centre de villégiature et y restent pour le week-end de la compétition. Presque tous les membres se rendent au Mill River Resort et dernièrement, le tournoi a également attiré d’autres joueurs régionaux qui aiment le côté social plus important qu’apporte le fait de demeurer tous ensemble à l’hôtel. Participer au tournoi Mill River rapproche les joueurs dans la compétition, dans l’amitié et dans la vie.

Cette année, l’équipe de squash des filles de l’ÎPÉ a connu sa meilleure fin de saison lors des Jeux du Canada 2011 et les garçons, même s’ils sont plus jeunes, ont eu une superbe performance. Squash PEI travaille fort au développement de son programme junior et à son recrutement. La foire annuelle des sports, organisée par Sport PEI, donne l’occasion aux jeunes de la 4e à la 6e année de toutes les écoles de l’Île de connaître un nouveau sport. C’est d’ailleurs de cette façon que Squash PEI a accueilli beaucoup de nouveaux joueurs juniors talentueux. D’autres initiatives de recrutement au junior qui fonctionnent bien sont les mini-tournois sans frais avec des cliniques d’initiation qui ont lieu avant le tournoi. Les mini-tournois, particulièrement ceux qui s’adressent aux enfants qui pratiquent déjà un sport de raquette, donnent de bons résultats.

Squash PEI tente aussi d’éveiller l’intérêt de joueurs de tous les âges et de tous les niveaux au sein de la communauté en organisant des ligues de soirs « play and drop in », dans les installations sportives de Charlottetown. La « ligue du lundi soir » au Spa Total Fitness Center en est un très bon exemple. Nouvellement élargie et grandement compétitive, cette ligue rassemble la moitié des membres de l’Î.-P.-É., avec 54 joueurs de tous les âges et de tous les niveaux, de vétérans à tout jeunes débutants, pour une soirée de grande compétition et de plaisir.

Il se passe quelque chose en ce moment dans la communauté de squash de l’Î.-P.-É. qui attire les joueurs, nouveaux comme anciens. Il s’agirait d’un comité exécutif, composé de bénévoles énergiques et dévoués, qui encourage tous ceux qui se trouvent sur leur chemin à retourner sur les terrains et sur le site Web afin de ranimer leur passion pour le sport. Le résultat a été la renaissance d’un désir pour l’apprentissage et la compétition parmi les membres, ainsi que davantage de prises de contact avec les autres provinces de l’Atlantique pour répondre aux besoins de développement. Notre site Web, www.squashpei.org, vous donne un aperçu de notre communauté amicale, mais nous vous invitons à nous contacter si vous passez dans la région ou encore mieux, participez à un de nos tournois cette saison et laissez-nous vous initier à une fête du squash à notre façon.

Venez jouer sur notre île!

LE REVERS : « le PDG de World Squash, Andrew Shelley étudie un phénomène typiquement nord-américain : le double avec balle dure »

Andrew Shelly
Président-directeur général, World Squash

Le Comité de direction de la WSF (ManCom) était au Canada au début du mois de septembre et a profité de l’occasion pour montrer un peu d’action aux membres ManCom qui n’avaient jamais été exposés au jeu avec balle dure. Ce n’est pas tout le monde, qui comme moi lors d’événements dans des clubs aux États-Unis, a eu la chance de regarder des parties sur des terrains adjacents.

Étant Britannique, je ne peux pas cacher que j’ai été rassuré en voyant le terrain de cricket à mon arrivée au club de Toronto. Voilà un vrai sport! Mais nous étions ici pour un jeu d’intérieur, bien que la surface de jeu soit également assez grande. Nous sommes donc entrés et avons joui de tout un traitement de faveur. Non, il ne s’agissait pas de squash, mais plutôt d’une énorme quantité de coupons pour la bière : quelque chose qu’on ne voit pas vraiment ailleurs et c’est bien dommage.

Nous avons pris nos places et devant nous se réchauffaient quatre grands joueurs. En fait, je devrais peut-être dire trois : quelques semaines auparavant en Allemagne, Shahier Razik m’avait dit qu’il n’avait pas une grande expérience, mais que cela ne paraîtrait pas vraiment puisqu’il était un joueur exceptionnel à la balle molle. Je connais bien Willie Hosey, Jonathon Power et Gary Waite et je trouvais intrigant de les regarder jouer en tant que champions du jeu nord-américain… et je devais m’assurer de la vision de la WSF en apportant un appui au discours démagogique de Gary envers ce jeu.

Après un dur combat entre la voix de la maîtresse de cérémonie, Lolly Gillen, et le tohu-bohu général pour annoncer le début de la partie, nous étions enfin dans l’action.

Quelque part, loin devant moi, quatre personnes couraient et sautaient, peut-être essayaient-elles d’attraper une mouche, tout ceci accompagné de bruits de coups de feu. Note à moi-même… je dois absolument me procurer des lunettes!!

Bon, ce que je viens d’écrire est quelque peu irrévérencieux et tout à fait faux. La grandeur du terrain et le rebondissement de la balle sont très différents (je vais en parler plus loin), mais le rythme, l’inventivité et l’action rendent généralement le jeu avec la balle dure agréable à regarder et probablement plus facile à suivre pour les non-initiés. C’est un superbe jeu indépendamment.

Toutefois, je ne crois pas avoir besoin de souligner les défis auxquels le jeu fait face s’il veut se développer. C’est l’histoire de l’œuf et la poule avec les investisseurs possibles, particulièrement avec ceux d’autres continents : ils ne veulent pas investir sans les preuves d’un succès commercial assuré, mais comment s’y rendre sans investissement dans les terrains? Et même s’il est évident que pour rendre le sport attirant télévisuellement il faudrait une balle blanche et des terrains colorés, est-il possible de réussir à filmer la balle à une telle vitesse?

Finalement, plus de questions que de réponses demeurent, mais la WSF est très reconnaissante envers Squash Canada, l’ISDA, les joueurs et les organisateurs de leur avoir permis de mieux connaître la communauté du jeu avec balle dure et d’avoir ainsi confirmé la présence du jeu avec balle dure dans la famille du squash. En espérant que les liens se tisseront davantage.        

Andrew Shelley
Chef de la direction
World Squash Federation

Top